Pour pouvoir donner le meilleur d’eux-mêmes lors de compétitions, les athlètes de haut niveau se doivent d’accorder une importance toute particulière à leur alimentation. Nourrir idéalement en amont et le jour J son corps et son cerveau est primordial pour décrocher la victoire.

Nous sommes allés à la rencontre de Cécile Giornelli, spécialiste en nutrition pour les athlètes et champions de sports de combat. Fondatrice de GOLD'N COACH, un programme de coaching sportif et diététique, Cécile n’oublie pas son premier métier de maman et mène de front vie personnelle et professionnelle avec passion. Fonceuse et dynamique, Cécile partage avec ses client.es sa détermination à aller de l’avant et à ne pas baisser les bras, quelles que soient les circonstances.

TABLE DES MATIÈRES

  1. Bonjour Cécile, peux-tu te présenter et nous dire quel a été ton parcours ?
  2. Pourquoi avoir choisi de te spécialiser dans les conseils en nutrition pour les sports de combat ?
  3. Peux-tu nous présenter la méthode GOLD’N COACH ?
  4. Quelles sont les caractéristiques d’une alimentation adaptée aux besoins des sportifs ?
  5. Comment l'implémenter concrètement ?
  6. Comment s'assurer de la bonne performance des athlètes le jour du combat ?
  7. Peux-tu nous décrire une première séance de coaching sportif / nutritionnel ?
  8. À qui conseilles-tu un coaching sportif / nutritionnel ?
  9. Quels sont les lieux communs que tu rencontres couramment sur les régimes alimentaires ?
  10. Si tu avais trois conseils à nous donner pour rééquilibrer notre alimentation, lesquels seraient-ils ?
  11. Quelles autres activités nous conseilles-tu pour mener une vie saine ?
  12. Que penses-tu du rôle des compléments alimentaires pour une alimentation efficace ?
  13. En quoi les produits BRAINEFFECT ont-ils retenu ton attention ?
  14. Y-a-t-il de nouveaux projets GOLD’N COACH à venir, dont tu peux déjà nous parler ?

 

1. BRAINEFFECT : Bonjour Cécile, peux-tu te présenter et nous dire quel a été ton parcours ?

Je m'appelle Cécile Giornelli, j'ai 35 ans et suis maman d'une fille de 3 ans. Diplômée d'une grande école de commerce, j'ai commencé ma carrière en tant que cadre commercial. Mon intérêt pour le bien-être et le sport, que je cultive depuis toute petite, m'a poussé, en 2013, à entreprendre une reconversion professionnelle dans le domaine du sport et de la nutrition.

S'en est ensuivi un rythme soutenu de stages, cours et formations. En l'espace de deux ans, j'ai passé un BTS en diététique et un BPJEPS en coaching sportif. J'ai complété ma formation par un Diplôme Universitaire en nutrition sportive à l'Université de Paris Descartes, avant de fonder mon propre programme de coaching sportif et diététique GOLD'N COACH.

2. Pourquoi avoir choisi de te spécialiser dans les conseils en nutrition pour les sports de combat ?

J'ai moi-même toujours eu un intérêt personnel pour les sports de combat. J'ai débuté avec la pratique du karaté à l'âge de 5 ans, grâce à mon père, qui en tant que professeur de karaté, m'a transmis sa passion pour ce sport. J'ai fréquenté le club familial pendant plus de 20 ans et ai passé avec succès, à l'âge de 25 ans, mon troisième dan. A l’époque, j'étais la plus jeune à obtenir ce grade en France, tous sexes confondus.

Lorsque je me suis installée à Paris pour mon précédent travail, j'ai très vite reálisé qu'il me serait impossible de retrouver un club avec la même ambiance familiale. Je me suis alors tournée vers le Krav Maga, puis le MMA (Mixed Martial Arts), que j'ai pratiqués respectivement 3 et 2 ans en amateur. J'y ai rencontré de nombreux athlètes de haut niveau, avec lesquels j'ai créé un lien amical. C'est donc tout naturellement que je me suis spécialisée dans le coaching sportif et diététique pour les sports de combat.

3. Peux-tu nous présenter la méthode GOLD’N COACH ?

Le programme GOLD'N COACH est un programme de coaching sportif et diététique, qui s'adresse à la fois aux particuliers et aux sportifs de haut niveau. Ma méthode est fondée sur les piliers suivants : la bienveillance et l'écoute, la pluridisciplinarité, la flexibilité et la prise en compte de l'individu.

  • La bienveillance et l'écoute : Je m'adapte aux souhaits et aux besoins de chaque client. Cette approche humaine et empathique, que je qualifierais même de maternelle, est là pour permettre à chacun de mes clients de pouvoir garder du plaisir dans son régime alimentaire. Un coaching sportif ou diététique ne peut pas fonctionner, si la personne est soumise à de trop fortes frustrations.
  • La pluridisciplinarité : Je propose pour chacun.e un programme sur mesure qui s'inspire de différentes méthodes et pratiques, car je suis convaincue que la force est dans la variété. Je coache certains de mes élèves depuis plus de quatre ans, et ils n'ont jamais eu le même entraînement durant cette période.
  • La flexibilité et la liberté : Je souhaite sortir mes clients en nutrition de l'obsession des chiffres : pour ce faire, je ne les pèse pas et ne prends pas leurs mesures. Le succès d'un programme se mesure au bien-être ressenti par la personne. De mon côté, je crée des plans hebdomadaires, comprenant les produits à consommer, leur quantité et leur fréquence sur la semaine. Chaque client peut s'organiser selon ses envies, ses possibilités et… ce qu’il a dans son frigo ! Je reçois mes clients dans un café et organise des suivis à distance, pour leur permettre de garder une totale flexibilité.
  • L'individualité : En me basant sur l'individu, son ancrage, son rythme de vie, son rythme circadien (horloge interne biologique), ses entraînements et les aliments plaisirs basés sur ses habitudes, je peux proposer des programmes sur mesure 100% efficaces. Par exemple, je fais systématiquement attention à ne pas ajouter une fatigue physique via des entraînements trop stricts ou une diète trop coûteuse, à une fatigue professionnelle et/ou familiale déjà existante.

4. Quelles sont les caractéristiques d’une alimentation adaptée aux besoins des sportifs ?

Le succès d'un programme de coaching diététique pour un athlète de niveau se mesure à la performance. Dans les sports à catégorie de poids, il est fondamental d'optimiser le ratio Masse Grasse/Masse Maigre. Si le combattant est trop léger, il manquera de punch ou de force le jour du combat. Au contraire, s'il est trop lourd, il n'aura pas la vitesse de déplacement ou l'explosivité nécessaire.

Comme le corps est l'outil de travail de l'athlète, il est bien évidemment primordial de couvrir tous ses besoins nutritionnels (en lipides, protéines et glucides), mais surtout, de les fournir dans un timing optimal selon le type d’effort à fournir.

5. Comment l'implémenter concrètement ?

Le timing de prise alimentaire est décisif. L’énergie première utilisée par le corps humain est le glycogène, c’est à dire la forme dégradée puis stockée des glucides. C’est l’équivalent de l’essence pour une voiture.

Ainsi, avant de réaliser un long trajet en voiture, vous vérifiez que le niveau d'essence est suffisant. Pour un athlète, c’est identique, ce dernier doit être sûr d'avoir pris un apport en glucides en proportions suffisantes, et suffisamment tôt pour que cela soit stocké et ensuite pouvoir les utiliser lors de ses entraînements. Tout mon savoir-faire réside à estimer avec une précision chirurgicale son besoin, sans le dépasser, pour éviter une potentielle prise de poids, ou le minimiser, pour éviter d’avoir des stocks non complètement remplis. Pour info, un écart de plus ou moins 100 calories par jour peut entraîner un décalage de plus ou moins 4kg à l'année.

Aussi, pour reprendre l’exemple de la voiture, il convient de vérifier d'autres éléments (comme le niveau d'huile, l’eau, etc.), le sportif après avoir reálisé un grand effort, doit refaire le plein d’hydratation, mais aussi en protéines. Cela vaut pour les sports de combat, mais aussi pour tous les sports de musculation lourde, le crossfit, l'escalade, etc.

6. Comment s'assurer de la bonne performance des athlètes le jour du combat ?

Le jour J, l'athlète doit disposer de sa meilleure condition physique et mentale possible. C'est pourquoi, entre la pesée et le jour du combat (en haut niveau, 24h entre les 2), il faut lui permettre l'athlète de rebondir le plus haut possible, c’est à dire lui faire reprendre du poids rapidement, afin qu’il soit plus “lourd” et ainsi améliorer le rendement Poids/Puissance. Mais encore faut-il le faire intelligemment.

Etre lourd pour être lourd n’aura aucun intérêt, et représente même un risque de contre performance puisque le système digestif (qui aura été au ralenti plusieurs jours/semaines avant la pesée) se sentira agressé. La conséquence peut être une digestion désastreuse la nuit précédent le combat, et donc, une performance ratée. Il est également nécessaire de prendre en compte les performances mentales de l’athlète, 80% de son succès viendra de son mental. Il est évident que lui procurer une perte de poids et un rebond sans frustration, maîtrisés, avec de bonnes sensations physiques, ne feront que renforcer son mental et donc, sa capacité à remporter la victoire.

Note : beaucoup d’athlètes se déshydrate avant une pesée, les derniers kilos non perdus se jouent sur l’eau : arrêt de l’hydratation, bain, sauna, course à pied en tenue de sudation… Les sports de combat héritent d’une longue tradition dite de “cutting hydrique”. Seulement, l’hydratation est primordiale puisque perdre 1% de son poids de corps en eau équivaut à une baisse de 10% de ses capacités physiques et mentales (2% = 20%, etc.). Beaucoup de fédérations tentent de limiter ce fléau, car certains athlètes ne parviennent même plus à tenir debout sans assistance lors des pesées. Certains en sont même décédés, ayant poussé le processus jusqu’au bout. Pour ces athlètes, leur processus de rebond sera en premier lieu effectué par une forte hydratation = grosse agression pour l’organisme.

Pour toute ces raisons, je minimise au maximum les cuttings hydriques (si nous devons le faire, nous le faisons avec un protocole très précis). Les athlètes avec lesquels je travaille m’ont fait confiance pour que je casse ces ancrages et habitudes, et aujourd’hui ils me remercient systématiquement d’avoir pu découvrir qu’il est possible de faire “autrement”.

Libéré de cette pression psychologique, tout leur esprit peut alors se concentrer sur une seule chose : la visualisation du combat (et on le stress de ne pas être au poids). En effet, les performances mentales jouent un rôle clé dans les sports de combat. Un manque d'attention, une seule erreur peuvent être synonymes de KO ou soumission, donc de défaite. L'athlète est seul sur le ring/tatami/cage, et il est livré à lui-même. Il ne peut qu’entendre les conseils de son coach. Seulement, si son esprit n’est pas entièrement affuté, il peut manquer une information capitale. C’est la raison pour laquelle mes programmes prennent en compte cet aspect psychologique que j’estime primordial.

7. Peux-tu nous décrire une première séance de coaching sportif / nutritionnel ?

Dans le cadre d’un coaching sportif, le premier rendez-vous dure une heure et est scindé en deux parties de 30 minutes. La première partie est consacrée à l'échange. Nous discutons des objectifs, des contraintes physiques, ainsi que des antécédents de l’élève. La deuxième partie est un test d'efforts, afin de pouvoir évaluer en toute objectivité ses capacités physiques.

Dans le cadre d’un coaching nutritionnel, le premier rendez-vous consiste également en un échange d’une heure, pour mieux connaître les attentes et le mode de fonctionnement de la personne. Nous discutons des objectifs, du rythme de vie, de l'hygiène de vie, de l’emploi du temps, et des habitudes alimentaires. Cela me permet de créer dans les 8 à 10 jours suivants un programme nutritionnel sur mesure.

8. À qui conseilles-tu un coaching sportif / nutritionnel ?

À toute personne qui a envie de se sentir mieux. Mon programme s'adresse aux sportifs de haut niveau dans les sports de combat, mais aussi aux particuliers, qui souhaitent devenir une meilleure version d’eux-même. Cela peut aller du défi personnel, comme courir un marathon à la volonté de reprendre le sport après une blessure ou une période de grossesse, en passant par une volonté de perte de poids, de prise de masse ou de réathlétisation (beaucoup me sollicitent pour des problèmes de dos par exemple).

9. Quels sont les lieux communs que tu rencontres couramment sur les régimes alimentaires ?

Le plus souvent, il s’agit d’attentes et d’objectifs non réalistes. Il est courant dans notre société d'image de s'identifier à des modèles, qui ne correspondent pas à notre morphologie ou ossature, et qui de facto, ne peuvent être atteints. C’est pourquoi, il est certes important de chercher à devenir une meilleure version de soi-même, mais surtout, d’accepter les caractéristiques de son propre corps.

Concernant l’alimentation, beaucoup de pratiques inefficaces sur le long terme continuent également à avoir notoriété : arrêter les féculents, ne pas manger le soir, ne pas boire une semaine avant une compétition, augmenter son apport de protéines, etc. Le dialogue et l’échange me permettent de mettre fin à ces pratiques inefficaces et de donner toutes les les clés nécessaires à mes client.es, pour qu’ils comprennent ce qu’ils font. 

Je les pousse au maximum à l’autonomie, l’idée n’est pas de devenir dépendant à sa coach, mais au contraire, de réaliser des prises de conscience. Je ne fais pas le job à la place de mes clients ;) Comme je leurs dis souvent “je te donne les clés, mais à toi d’ouvrir les portes”.

10. Si tu avais trois conseils à nous donner pour rééquilibrer notre alimentation, lesquels seraient-ils ?

 

1. S'écouter et ne pas culpabiliser : Se faire plaisir est nécessaire, pour ne pas se retrouver en état de frustration. Il est important de manger de tout, mais de n’abuser de rien. S'il n'y a pas d'excès, il n'y a pas matière à culpabiliser.


2. Équilibrer son assiette à 80% du temps : Pour faire simple, tâcher de retrouver dans une assiette ¼ de protéines animales ou végétales, ¼ féculents, et 2/4 légumes. En suivant cette règle, vous pouvez vous assurer d’avoir une alimentation intelligente et équilibrée au quotidien.


3. Utiliser une alimentation la moins transformée possible : Ce réflexe permet d’éviter les conservateurs, les émulsifiants ou les doses élevées de sel ou de sucre dans les plats preparés.

11. Quelles autres activités nous conseilles-tu pour mener une vie saine ?

Je suis une épicurienne dans l’âme !!! A mes yeux, la base de tout, c’est de rire, de voir ses amis, d’être un peu égoïste et savoir prendre du temps pour soi. Mais surtout, trouvez votre source de joie et cultivez-la.

12. Que penses-tu du rôle des compléments alimentaires pour une alimentation efficace ?

Comme leur nom l'indique, les compléments viennent compléter, ils sont donc utiles pour parfaire une alimentation traditionnelle, qui n’est malheureusement plus assez riche pour couvrir nos besoins nutritionnels. En effet, de nos jours, l’alimentation est souvent trop faible en vitamines et en minéraux. Les compléments permettent de pallier ces carences, que même une alimentation équilibrée et saine ne pourra pas empêcher.

13. En quoi les produits BRAINEFFECT ont-ils retenu ton attention ?

Ce qui m’a interpellé c’est la composition intelligente des produits et le choix des ingrédients, qui sont naturels, de haute qualité et majoritairement vegan. Les compléments alimentaires BRAINEFFECT proposent une base solide en complément d'une alimentation équilibrée, sans influer sur la prise de poids, ou la prise de masse musculaire. Ils peuvent ainsi être pris en complément d’un programme nutritionnel sans incidence.

Aujourd’hui, on se complète en beauté, on se complète en sport, mais je reste toujours surprise que l’on ne pense pas à se compléter sur le muscle le plus important que nous ayons : notre cerveau ! C’est ce qui m’a plu chez BRAINEFFECT : il s’agit de produits qui ont pour but premier d’optimiser nos performances mentales.

DÉCOUVRIR LES PRODUITS BRAINEFFECT

14. Y-a-t-il de nouveaux projets GOLD’N COACH à venir, dont tu peux déjà nous parler ?

Après 6 ans en tant que coach sportive et díététique, j'aimerais faire évoluer mon métier, et regorge d’idées. Je souhaite proposer des formations à des clubs ou des fédérations, des masterclass au grand public, ou encore des retraites dans le domaine sportif et diététique.

Merci beaucoup Cécile !

Pour en savoir plus sur le programme GOLD’N COACH : http://goldncoach.com/

Pour suivre totues les actualités GOLD’N COACH : https://www.instagram.com/cecile_goldncoach/